Wise : la marque de trail française, ultra-technique et éco-responsable !

Wise c’est l’histoire de deux passionnés de trail, Axelle et Guillaume. Lorsqu’ils ont pris conscience de l’impact qu’ils avaient sur la planète en tant que traileurs, ils ont compris que cette consommation n’était pas en adéquation avec un sport de nature. Ils ont donc cherché du matériel moins polluant. Ne trouvant pas chaussures à leurs pieds, le projet de créer une marque de vêtements éco-responsables spécialisée dans le trail est né.

J’ai eu l’occasion de pouvoir échanger avec Guillaume Boccas, co-fondateur de Wise, afin de mieux comprendre la philosophie, les engagements et les projets de la jeune marque.

« Notre short parcourt 240km »

Guillaume : « Axelle et moi sommes des coureurs vraiment typés trail, on ne voulait pas une tenue de sport mais vraiment une tenue de trail, très technique, spécialisée et qui ne détraque pas la planète. La fabriquer en France, avec un circuit le plus court possible, était donc une évidence. Car après avoir cherché nos fournisseurs, on s’est rendu compte qu’il y avait en France toutes les compétences requises pour faire une tenue de super qualité avec des matières haut de gamme. Ce qui fait vraiment la particularité de la marque c’est que tous les fournisseurs se trouvent entre 2min et 2h de route de nos locaux. Par exemple, si on prend la distance cumulée qua va faire notre short pour être fabriqué, il n’y a que 240km. Je pense qu’il est difficile de faire plus court et ça résout pas mal de problématiques notamment au niveau de l’empreinte carbone. Et si on regarde de plus près la matière, qui est une des principales sources de pollution d’un produit textile, avoir un fournisseur français est un énorme avantage, ne serait-ce parce qu’il se trouve dans une zone Natura 2000 et qu’il se doit d’être extrêmement rigoureux sur l’aspect environnemental. 99% de ses eaux de teintures sont réutilisées en circuit fermé, ce qui réduit énormément la pression sur la ressource en eau. Et grâce à sa station d’épuration, l’eau qu’il rejette dans la rivière est au final plus propre que l’eau qu’il capte en amont. »

Wise opte pour des fibres ultra-techniques et biodégradables !

Pierre-Jean (UniverTrail) : Les matières, nous y voilà ! Quelles sont celles que vous utilisez le plus ?

Guillaume « On ne souhaite pas faire de démagogie ou du « green marketing », on ne veut pas simplement avoir une posture éco-responsable, on veut l’être dans la globalité. Aujourd’hui, beaucoup d’entreprises adoptent de belles postures éco-responsables sur le papier et utilisent volontiers tout un lexique marketing qui fait propre. Mais quand tu cherches un peu plus loin, elles ne le sont pas. C’est ce qu’on appelle du greenwashing.
Que tu utilises des fibres naturelles ou synthétiques, l’impact environnemental est non négligeable. Il faut amortir cet impact au maximum et le premier levier pour réduire son empreinte environnementale, c’est donc d’améliorer l’utilisation des vêtements et d’augmenter leur durabilité. Après avoir regardé les bilans de cycle de vie, nous avons évacué les fibres naturelles car, à densité équivalente, elles sont beaucoup moins résistantes que les fibres synthétiques pour un bilan carbone (pour n’évoquer que cela) pas si favorable au final. Partant de là, on a choisi des fibres synthétiques de très bonne qualité.

Les fibres recyclées, quel impact sur le long terme ?

Aujourd’hui, notre fournisseur nous propose deux alternatives : une version recyclée et une autre biodégradable. Après avoir fait un bilan de ces deux possibilités, il y a un problème de fond dont on parle peu. Sur le court terme, utiliser des fibres plastiques recyclées c’est très bien, car cela permet de donner une seconde vie à une grande quantité de déchets. Il s’avère même que l’empreinte carbone d’une fibre en PET recyclé (matière utilisée pour fabriquer les bouteilles plastique) est 30% plus faible qu’une fibre vierge.

Mais sur long terme, le bilan est beaucoup plus mitigé. Car cela revient à encourager d’une certaine façon l’utilisation de produits plastique à usage unique ce qui est vraiment le fléau de notre siècle. Si l’engouement actuel des marques pour le PET recyclé se confirme, il faut bien comprendre que cela créé une énorme pression sur le marché du PET à usage unique et qu’on encourage sa production. Pire encore, on donne l’illusion qu’en fait il n’y a pas de problème de plastique puisqu’on est capable de le recycler. Malheureusement, dans la pratique, la part du plastique recyclé reste très marginale (24% en France). Et cela, c’est sans citer tous les problèmes d’approvisionnement que cela pose avec des bouteilles qui sont récoltées en Europe, recyclées en Asie et puis renvoyées en Europe. Pour moi, cette histoire de plastique recyclé, c’est l’archétype du concept facilement marketable sur lequel tout le monde se jette sans vraiment y avoir réfléchi… Car notre priorité devrait être de se débarrasser de ces plastiques, pas de trouver un moyen de continuer à les produire.

On a donc évité le recyclé. On sait qu’on va un peu à contre-courant mais on s’est orienté vers le biodégradable qui a l’avantage de proposer une fin de vie au produit (ce qui n’existe pas possible avec le recyclé). En effet, sauf cas très particulier, un t-shirt en PET recyclé n’est pas recyclable car il est mélangé avec de l’élasthanne et on ne peut pas dissocier le PET de l’élasthanne.
Nos t-shirts et nos shorts sont en polyamide biodégradable. »

Entre technicité et durabilité, il faut faire des choix !

Pierre-Jean : La légèreté et la technicité d’un vêtement sont difficilement compatibles avec la durabilité de celui-ci, comment est-ce que vous jonglez entre ces deux aspects ?

Guillaume : « Dans le choix de nos matières, on choisit toujours des échantillons qui ont une résistance à l’abrasion très élevée. Mais en effet il faut faire des choix entre technicité et durabilité. Sur les deux t-shirts que l’on vend actuellement, il y a le modèle IRREDUCTIBLE. Il porte bien son nom puisque ses résultats aux différents tests de résistance sont incroyables. Tu peux le passer à la machine à 90° (ce n’est pas du tout les bonnes conditions de lavage), il ne va pas rétrécir. De même, quand je le porte avec un Camelbak, il ne va pas boulocher là où tous mes autres t-shirts boulochaient au niveau des zones de friction. La contrepartie de ce t-shirt très robuste, c’est que par forte chaleur il n’est pas hyper respirant.
C’est la raison pour laquelle on a sorti le t-shirt IMPETUEUX. Il est beaucoup plus léger et parfaitement adapté aux fortes chaleurs. En revanche, avec un Camelbak, il a tendance à boulocher sur les zones de contact.
L’IMPETUEUX est donc plus adapté pour des sorties courtes et intenses où tu vas faire monter le cardio et où tu n’as pas besoin d’un sac. L’IRREDUCTIBLE est lui plus adapté à des ultra-distances qui nécessitent le port d’un sac. »

« Quand le short sort de l’usine, il nous coûte 89€ »

Pierre-Jean : Les prix des vêtements haut de gamme, fabriqués en France sont globalement cher. Qu’est-ce-qui se cache derrière le prix d’un de vos vêtements ?

Guillaume « Je vais prendre l’exemple du short CARGO. C’est un short qui va bientôt sortir à un prix de 139€. Sur ce short il y a 30€ de matière, un peu plus de 50€ de coût de confection et donc quand le short sort de l’usine, il nous coûte 89€ TTC. On n’est pas du tout sur des coûts de fabrication comparables à ce que l’on peut voir ailleurs. Les 30€ de matière sont dus au fait que cette matière est justement très technique. Ce qu’on paie ici, c’est le savoir-faire unique du fournisseur. C’est principalement la technicité et la qualité qui nous coûtent cher et pas tant l’aspect made in France. Pour ce qui est des coûts de confection, on paye une main-d’œuvre locale et qualifiée ce qui nous coûte 3 fois plus cher que si on était allé au Portugal. »

Pierre-Jean : Quand je vois la marge que vous faites sur ce produit, j’imagine que vous n’avez pas beaucoup de revendeurs…

Guillaume « Alors on est référencé dans certaines boutiques. Les marges sur les t-shirts nous permettent d’avoir des revendeurs. C’est pour nous un enjeu de notoriété plus qu’un enjeu de marge. Notre business c’est de passer par de la vente en ligne.
On peut se permettre d’augmenter de 10 à 15% nos prix par rapport aux marques qui font produire en Chine. Si on se met à pratiquer les mêmes marges, on ne sera jamais compétitif et personne n’achètera nos produits. On cherche à proposer une solution qui reste viable pour tout le monde. »

logo wise trail running

Pierre-Jean : Pour parler de la suite, il y a le short CARGO qui va bientôt sortir ainsi que le short MINIMALISTE qui sortira plus tard. Est-ce que la marque a d’autres projets pour la suite autre que des premières couches ?

Guillaume : « Oui, on a de supers projets pour l’avenir avec notamment une soft shell prévue pour l’hiver prochain. Ce qu’on cherche à faire avec ce produit c’est de créer quelque chose qui n’existe pas encore. L’objectif est d’éviter au trailer de prendre sa veste imperméable et sa deuxième couche. On ne veut plus qu’ils hésitent et qu’ils aient de choix à faire. Le principe c’est de faire une soft shell 2 en 1 très légère et chaude. La veste sera composée d’un mélange de laine mérinos et de polyamide, elle aura un traitement déperlant. »

Retrouver Wise dans notre article sur la tenue de trail éco-responsable !

Pierre-Jean : Je crois qu’on a fait un bon tour d’horizon de la marque, as-tu quelque chose à rajouter ?

Guillaume : « Oui, on sort les précommandes du short CARGO le 5 mai. C’est un rêve personnel de pouvoir faire des sorties sans mon Camelbak et grâce au short CARGO, on peut emmener deux flasques de 0.5L. Je pense que c’est le produit le plus abouti de la marque. Il n’y a aucun short, à ma connaissance, qui permette de prendre tant de chargement tout en gardant un excellent maintien. C’est grâce à la matière très élastique et technique (un vrai petit bijou de technologie) qu’on a pu obtenir un tel résultat. »

RDV sur le site internet de Wise pour découvrir leurs produits et pour encourager cette belle initiative !

Suivez nous sur Facebook, Instagram, LinkedIn et abonnez vous pour nous soutenir et faire partie de l’aventure UniverTextile !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.